A propos de

#FreeSenegal

#FreeSenegal est un mouvement né sur les médias sociaux en opposition aux injustices et actes anti-démocratiques perpétrés au Sénégal depuis bien trop longtemps. L’étincelle qui a mis le feu aux poudres a été l’arrestation douteuse du dernier opposant politique Ousmane Sonko. Tout ce qui s’est passé par la suite n’a fait qu’attiser la flamme. Le mouvement est un combat pour la justice pour les personnes décédées et les personnes détenues à tort, la liberté, la bonne gouvernance et la démocratie.

#FreeSenegal
© image leo Correa
Lire la vidéo

Bu ñu dellu Ginnaaw✊🏿🇸🇳

Cette vidéo est faite en wolof pour aider à une meilleure compréhension du sens de notre combat par l'opinion.
Merci de la télécharger et de la diffuser au grand public.

FreeSenegal mur d'hommage

1 morts

Cheikh Wade

-
Parcelles Assainies

Bounama Sylla Sagna

14 ans
Bignona

Mansour Thiam

-
Dakar

Alassane Bary

17 ans
Centenaire

Moussa Dramé

35 ans
Ndoffane

Sadio Camara

18 ans
Diaobe

Cheikhouna Ndiaye

21 ans
Parcelles Assainies

Pape Sidy Mbaye

20 ans
Keur Massar

Famara Goudiaby

20 ans
Bignona

Cheikh Coly

27 ans
Bignona

Baye Cheikh Diop

17 ans
Yeumbeul

FRAIS JURIDIQUES ET MÉDICAUX DES VICTIMES

L'actualité

16

Mar

Remise des fonds collectés pour les familles des victimes lors des manifestations

14

Mar

Déclaration de Serigne Mountakha Mbacke du Dimanche 14 Mars 2021

12

Mar

Pape Demba Dione (Initiateur du hashtag #FreeSenegal​) invité dans Infos du matin du 12 Mars 2021

10

Mar

LA GOUTTE DE TROP!!

10

Mar

Restrictions de l’information

Suite aux évènements survenus le 3 mars, il s’est tout naturellement lancé une course vers...

10

Mar

Meurtres des habitants

Épaule contre épaule, les sénégalais manifestent pour leurs droits et le maintien d’un Sénégal démocratique...

Evénements à Venir

Une minute de silence

Virtuel

ven 12 mars 2021
11 heures

???????? Sénégal

Une Marche pacifique (M2D)

Annulée

sam 13 mars 2021

???????? Sénégal

Rassemblement à PARIS

Place de la République

sam 13 mars 2021
13 heures

???????? France

Rassemblement à GENÈVE

Siege des Nations Unies

sam 13 mars 2021
12 heures

???????? Suisse

Rassemblement à TOULOUSE

-

sam 13 mars 2021
-

???????? France

Journée Set Sétal National

-

dim 14 mars 2021
-

???????? Sénégal

Causes de la lutte

Dès son accession au pouvoir, l’une des premières mesures du gouvernement Macky a été “la traque des biens mal acquis”. Cette opération de grande envergure avait pour but annoncé de retracer les biens détournés de l’Etat ainsi que tous ceux qui à l’époque étaient coupables d’enrichissement illicite. Cette opération mènera à l'incarcération de Karim Wade, fils du précédent président Abdoulaye Wade et ancien ministre de l'énergie l’essentiel des autres dossiers  sera classé sans suite. Ceci marqua la première d’une longue liste  d’ingérence du président Macky Sall dans la justice sénégalaise.

En même temps, des affaires de corruption et de malversations se multiplient et restent sans suite. Nous avons l’exemple de Cheikh Oumar Hann qui, personnellement épinglé par  l’Office National de Lutte contre la Fraude et la Corruption, sans être poursuivi, se voit promu ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation contrairement aux recommandations de l'OFNAC qui voudraient que ce dernier ne soit plus nommé à aucun poste public. Notons aussi que Thierno Alassane Sall fut dans l’obligation de démissionner de son poste de ministre de l'énergie suite au refus de signer des accords pétroliers désavantageux pour le Sénégal. Ce cas de malversation est loin d'être isolé, de pareilles accusations existent contre l’ancien ministre Aly Ngouille Ndiaye qui aurait prétendument détourné 300 milliards de FCFA.

Macky Sall procéda à l’élimination de ses opposants par divers moyens dont le plus répandu est la transhumance. En effet, le dernier transhumant en date est Idrissa Seck, arrivé 2e lors des présidentielles précédentes et nommé président du Conseil Economique Social et Environnemental. Khalifa Sall, un des principaux opposants et ancien maire de Dakar, n’a malheureusement pas connu un sort aussi favorable que ce dernier; il fut emprisonné à la veille des présidentielles de 2019 lors d’un procès douteux avant de bénéficier d’une grâce présidentielle un an après les élections. Comme promis par Macky Sall quand il a annoncé qu'il allait “réduire l’opposition à sa plus simple expression”, l’opposition fut progressivement réduite à sa plus simple expression.

Nous avons aussi l’affaire pétrotim portant sur des soupçons de corruption dans l’industrie pétrolière et gazière du Sénégal. Au cœur de cette affaire se trouve Aliou Sall, le frère cadet du président lui-même, qui fut accusé de malversations estimées à hauteur de 6000 milliards de FCFA; une affaire qui sera classée sans suite. Les députés, quant à eux, ne sont pas en reste. La gouvernance Macky bat assurément les records de levée de l’immunité parlementaire de députés du peuple lorsque ceux-ci ne se targuent de n’être là que pour  le président.

A cette corruption s’ajoute un nombre colossal de scandales qui témoigne du partage éhonté des richesses sénégalaises perpétrés par ce régime.  l’affaire des gazelles oryx  en est un exemple: le ministre de l’environnement Abdou Karim Sall serait mêlé à un trafic d’espèces protégées. Il se serait assurément servi dans les réserves naturelles du pays pour alimenter son jardin privé causant la mort de 2 d’entre les 6 oryx qu’il aurait transféré dévoilant ainsi un trafic plus vaste au sein du cercle privé du président. Abdou Karim Sall est toujours ministre de l’environnement à ce jour.

Force est de constater que face à toute cette corruption, les medias ne sont pas blanc comme neige car eux-même ont été corrompus. En effet, le président Sall a su s’entourer dès son élection de journalistes et responsables médias influents. Qui plus est, dans une tentative de contrôle de ces  mêmes médias, la liberté de la presse et la liberté d’expression  fut menacée par le projet de code de presse qui finalement ne fut pas accepté.

Par ailleurs, nous avons aussi la construction d’un TER pour près de 1000 milliards de francs CFA pour 38 km, inauguré en janvier 2019 et qui jusqu’aujourd’hui n’est pas fonctionnel; la construction d’une Arena pour une valeur de 256 milliards déclaré être un don par la Chine  tout comme les 200 000 doses de vaccins supposément achetés pour une valeur de 2,2 milliards FCFA après une première déclaration sur Twitter dans laquelle ils furent qualifiés de dons. Cette déclaration a été supprimée par la suite juste avant la déclaration d'achat. Il est à préciser que ces mêmes vaccins furent l’objet d’une distribution purement arbitraire par la première dame alors que les étudiants en médecine, qui sont directement en contact avec les cas de COVID, se sont vu refuser ces vaccins. A ces scandales, nous pouvons ajouter des contrats attribués arbitrairement à des groupes étrangers tels que le contrat pour la gestion de l’autoroute attribué au groupe français Eiffage pour une durée de 30 ans ou encore des accords de pêche scandaleux attribués à l’union européenne et à des entreprises chinoises au détriment de la population et pour finir des élections présidentielles de 2019 entourées de manoeuvres pour le moins douteuses.

Cette mal gouvernance manifeste est plus que ressenti par les sénégalais. En effet, l'OIT classe le Sénégal parmi les 3 pays les plus touchés par le chômage dans le monde (pendant que des marchés sont donnés aux étrangers); le nombre d’hôpitaux est toujours insuffisant et leur personnel en sous effectifs; la couverture en eau potable et en électricité fait défaut. En fin 2020, le désespoir est tel qu’une vague d’émigration traverse le Sénégal et fait plus de 480 morts en une semaine ce qui ne semble pas alerter le gouvernement qui est resté silencieux... Pendant ce temps, Le régime Macky brandit des chiffres grotesques tels que les montants empruntés ou un taux de croissance qui cache de sombres vérités pour prétendre que tout va bien.

Tout ceci, pourtant non exhaustif, nous conduit à la situation actuelle. Les accusations portées par une civile sur le député Ousmane Sonko, dernier opposant du régime en place, aurait dû être une affaire privée. Cependant, force est de constater que cette affaire a été portée par l'Etat qui s’est retrouvée plus impliquée que la plaignante qui semble introuvable depuis lors. A ce jour, aucune preuve à charge n’a encore été apportée dans cette affaire alors qu’au contraire, il y en a une panoplie qui innocentent l’accusé dont le rapport médical excluant tout rapport sexuel dans la plage de temps durant laquelle est supposé avoir eu lieu l’agression. Malgré tout, nombre de ses partisans ont été arrêtés sans motifs valables ainsi que divers détracteurs du pouvoir en place. De plus, les procédures ont été expédiées de façon illégale et anticonstitutionnelle. Enfin, dans la journée du 3 mars, Ousmane Sonko s’est fait arrêté sur son chemin vers son audience de façon absurde témoignant d’une injustice et d’une volonté de nuire manifeste.

Ce dernier acte fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase d’une frustration accumulée depuis 9 années alimentée par toutes les injustices, les crimes et les scandales perpétrés par le régime Macky. Cette énième injustice qui utilise un prétexte aussi révoltant que celui du viol est celle de trop et a abouti au soulèvement du peuple. Le mouvement de ras le bol général qui a traversé le Sénégal s’est heurté à une violente répression de la part de l’Etat qui use d’armes et de milices contre le peuple aboutissant ainsi à des morts civils qui ne cessent d’augmenter. 

2012-2013
2016
2017
2019
2020
2021

Les exigences
du peuple

© image Diakus

#FreeSenegal en chiffres

1
Tweets
1
Interactions
1
Impressions
Dernière mise à jours 11 mars 2021 à 19:25

Ils sont détenus

Abdoulaye Diene

Guy Marius Sagna

Clédor SENE

Assane DIOUF

Je suis juriste, je veux aider

----------------------------------------

Le combat continue

Autres initiatives citoyennes

Send this to a friend