Suite aux évènements survenus le 3 mars, il s’est tout naturellement lancé une course vers l’information. Tandis que les télévisions nationales et certaines chaînes privées faisaient l’autruche et évitaient de parler de la situation en déroulant leurs programmes comme si de rien n’était, une minorité s’occupaient de retransmettre les informations et de couvrir l’évènement. Cependant, à partir du vendredi, ces chaînes se sont retrouvées privées d’antenne, ce qui constitue une atteinte à la liberté de la presse. Qui plus est, des difficultés liées à l’internet sont en même temps survenues dans le même temps. Il est même devenu difficile d’accéder à certains réseaux sociaux ou tout simplement utiliser son moteur de recherche sans l’usage d’un VPN. Ainsi, l’accès à l’information est devenu compliqué et restreint qu’à une partie minime de la population , notamment les jeunes qui le plus souvent sont connectés. 

Send this to a friend